Deux semaines. Deux semaines entières de vacances. Face aux montagnes de l’Aston, je bois mon café dehors comme si c’était le premier matin non pas des vacances, mais de ma vie.

Estelle sort en trombe de la chambre des petites : "Stéphane, Inès ne trouve plus son chapeau, tu ne l’as pas vu ?"  Bon, je me lève, nous partons passer la journée à Beille, le soleil tape fort alors c’est crème solaire et chapeau pour tout le monde.

Ça rigole bien chez les petites, à elles trois elles ont révolutionné leur chambre mais bon, c’est les vacances, non ? Le temps de préparer le pique-nique, de rassembler mon escabot (c’est un nom d’ici pour dire "petit troupeau" familial) et c’est parti.  

Route panoramique du Plateau de Beille.

Même si on ne va pas marcher, la montée en voiture vaut le voyage à elle seule. Et plus on monte, plus ça vaut le coup. Je connais déjà mais, dès que je sors de la voiture, je sais que je vais rester sans voix. La vue à 360°, la sensation d’être sur une île, les crêtes des Pyrénées, l’air d’altitude – 1.800 mètres : c’est difficile à décrire, c’est beau et grandiose à la fois.

« Papou, les chevaux ! » s’élance Lilou. Face à nous, une quinzaine de chevaux noirs de Mérens, une race locale. Ma fille dit qu’ils sont magiques. Ici, il est le « prince Noir des Pyrénées ».

Zoé court devant nous jusqu’à la base Angaka toute proche. Dans les pins à crochets, Vincent et Amandine animent des activités en été et en hiver avec leurs magnifiques chiens nordiques.

Même sans marcher beaucoup, Beille c’est le grand spectacle de la montagne. Nous suivons la piste et les filles font leurs cabris sur le sentier parallèle dans l’herbe, parmi les fleurs d’été.

Il est presque midi, Estelle s’allonge au soleil, et moi  je dispose notre pique-nique à l’ombre des pins. Je crois que quand elle sera grande, elle se rappellera de ce goût-là, celui de nos vacances. Estelle  rouvre ses yeux et me sourit. Elle a dormi un peu, ses joues ont pris le soleil et ses yeux aussi. Ça c’est l’Ariège. Au bout de quelques jours, la pression tombe enfin, ça fait du bien.

Au pays des vaches heureuses

Nous sommes repartis depuis 20 minutes quand des chants pyrénéens résonnent au-dessus du chemin, celles de Philippe et Jason Lacube. Ils élèvent des vaches Gasconnes et font découvrir le plateau de Beille dans une balade suivie d’une grande grillade. Nous l’avons fait il y a 2 ans, une famille venait pour la 17ème fois !

En moins de 20 minutes nous voilà de retour au parking. Des cyclistes espagnols se préparent à la redescente. Je leur demande si la montée n'a pas été trop dure, tout en saluant leur courage. Pedro le leader du groupe m'explique que c'est l'une des montées les plus difficiles de l'Ariège, très connue comme belle étape du Tour de France avec ses 15,8 km d'ascension et sa pente moyenne à 7.9% !

Pêche à la truite

A mi-chemin, j’appelle mon copain Yann qui doit me rejoindre à l’étang de pêche de les Cabannes avec Timéo et Nolan, ses jumeaux. Cet après-midi les hommes s’occupent des grands.

Nantais tous les deux, il a fallu qu’on se rencontre ici il y a deux ans ! Depuis on se voit à Nantes et l’été, on s’arrange pour avoir au moins quelques jours de vacances en commun en Ariège.

Cinq minutes plus tard, nos 4 pêcheurs sont au top et nous aussi, assis à l’ombre avec une boisson fraîche. Avant de partir, je passe inscrire Lilou pour une balade en Mérens avec Anaïs des Crinières Noires.

De retour au chalet, Yann a fait griller les truites sur le barbecue et la nuit commence à tomber lorsque les enfants nous rappellent que ce soir,  c’est la fête du village.

Fêtes de Villages

C’est assez incroyable comme la fête d’un aussi petit village peut faire venir du monde. Ici les familles s’invitent à manger, puis vont ensemble à la fête, un peu comme nous finalement !

La buvette, la musique, une ou deux attractions qui à Nantes ne déplaceraient pas les foules. Mais ici, c’est différent. C’est le Sud, les gens aiment bien discuter, sortir, boire un verre.

Pedro et sa bande sont là aussi, sans vélo cette fois. Il vient de Barcelone, il s’entraîne depuis des années à Beille avec son club. On trinque à notre santé et au Plateau de Beille !